L’investissement immobilier

L’achat immobilier

Achat immobilier est plus que juste trouver un endroit pour appeler la maison. Investir dans l’immobilier est devenu de plus en plus populaire au cours des 50 dernières années et est devenu un véhicule d’investissement commun.

Bien que le marché de l’immobilier a beaucoup de possibilités pour faire de gros gains, acheter et posséder des biens immobiliers est beaucoup plus compliqué que d’investir dans des actions et des obligations. Dans cet article, nous allons aller au-delà d’acheter une maison et vous présenter à l’immobilier comme un investissement.

Propriétés de location de base

C’est un investissement aussi ancien que la pratique de la propriété foncière. Une personne achètera une propriété et la louera à un locataire. Le propriétaire, le propriétaire, est responsable du paiement de l’hypothèque, des taxes et des frais d’entretien du bien.

Idéalement, le locateur charge suffisamment de loyer pour couvrir tous les coûts susmentionnés. Un propriétaire peut également facturer plus afin de produire un profit mensuel, mais la stratégie la plus commune est d’être patient et seulement charger suffisamment de loyer pour couvrir les dépenses jusqu’à ce que l’hypothèque a été payée, moment auquel la majorité du loyer devient un profit.

En outre, la propriété peut également avoir apprécié en valeur sur le cours de l’hypothèque, laissant le propriétaire avec un atout plus précieux. Selon le Bureau du recensement des États-Unis, l’immobilier a constamment augmenté en valeur de 1940 à 2006, puis a commencé à tremper et rebondir de 2008 à 2010 et a augmenté globalement.

Il ya, bien sûr, des imperfections sur le visage de ce qui semble être un investissement idéal. Vous pouvez vous retrouver avec un mauvais locataire qui endommage la propriété ou, pire encore, finissent par ne pas avoir de locataire du tout. Cela vous laisse avec un flux de trésorerie mensuel négatif, ce qui signifie que vous pourriez avoir à brouiller pour couvrir vos paiements hypothécaires. Il ya aussi la question de trouver la bonne propriété. Vous voudrez choisir un secteur où les taux d’inoccupation sont bas et choisir un endroit que les gens voudront louer.

Peut-être la plus grande différence entre un immeuble locatif et d’autres investissements est la quantité de temps et de travail que vous avez à consacrer au maintien de votre investissement.

Lorsque vous achetez un stock, il se trouve simplement dans votre compte de courtage et, espérons-le, augmente en valeur. Si vous investissez dans une propriété de location, il ya beaucoup de responsabilités qui viennent avec être un propriétaire. Lorsque la fournaise cesse de fonctionner au milieu de la nuit, c’est vous qui recevez l’appel téléphonique. Si vous ne vous occupez pas travail manœuvre, cela ne peut pas vous déranger; Sinon, un gestionnaire professionnel de propriété serait heureux de prendre le problème de vos mains, pour un prix, bien sûr.

Groupes d’investissement immobilier

Les groupes d’investissement immobilier sont une sorte de petits fonds communs de placement pour les propriétés locatives. Si vous voulez posséder un bien de location, mais ne veulent pas le tracas d’être un propriétaire, un groupe d’investissement immobilier peut être la solution pour vous.

Une entreprise va acheter ou construire un ensemble de blocs d’appartements ou des condos et ensuite permettre aux investisseurs de les acheter à travers la société, rejoignant ainsi le groupe. Un seul investisseur peut posséder une ou plusieurs unités d’habitation autonome, mais la société exploitant le groupe d’investissement gère collectivement toutes les unités, en prenant soin de l’entretien, la publicité des unités vacantes et interviewer les locataires. En échange de cette gestion, la société prend un pourcentage du loyer mensuel.

Il existe plusieurs versions de groupes d’investissement, mais dans la version standard, le bail est au nom de l’investisseur et toutes les unités regroupent une partie du loyer pour se prémunir contre des vacances occasionnelles, ce qui signifie que vous recevrez suffisamment pour payer l’hypothèque même si Votre appareil est vide. La qualité d’un groupe d’investissement dépend entièrement de l’entreprise qui l’offre. En théorie, c’est un moyen sûr d’entrer dans l’investissement immobilier, mais les groupes sont vulnérables aux mêmes frais qui hantent l’industrie des fonds communs de placement. Encore une fois, la recherche est la clé

Attention, les taux de crédit immobilier augmentent !

Après avoir atteint des seuils planchers historiques en 2016, les taux de crédit immobilier augmentent en ce début d’année 2017. Le coût de l’emprunt reste toutefois relativement bas, et si le pouvoir d’achat des Français diminue, il est toujours possible d’acquérir un bien immobilier. Il faut pour cela trouver une bonne solution de financement, avec par exemple un crédit Vousfinancer.

 

La réduction du pouvoir d’achat en chiffres

La hausse des taux du crédit immobilier implique une diminution des capacités de financement pour les particuliers. L’intensité de ce phénomène dépend en grande partie de la zone géographique. Grenoble fait partie des quelques grandes villes de l’Hexagone à avoir été épargnées.

Mais les agglomérations de Rennes et de Dijon, ont respectivement perdu 4 et 3 m² finançables en février 2017, à raison de 1 000 euros mensuels sur une période de 20 ans. A mensualités identiques, les acquéreurs niçois ne peuvent s’offrir que 52m², une surface qui diminue de près de moitié pour les parisiens, avec 25m².

Ce serait Saint-Etienne qui permettrait aux particuliers de devenir propriétaires de surfaces plus importantes, jusqu’à 162m². Pour plus d’informations, vous pouvez visiter ce lien.

 

Les causes de la remontée des taux de crédit immobilier

La première raison de cette hausse est bien sûr la fin de la période historique. Il n’est presque plus possible pour les taux de descendre plus bas. La seule direction qu’ils peuvent prendre est donc l’augmentation.

Par ailleurs, la surprise occasionnée par l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis est aussi à mettre en cause. L’arrivée du candidat républicain au pouvoir s’accompagne d’une période d’incertitude globale.

Une autre cause de ce phénomène est l’inflation. Cette dernière, provoquée par l’augmentation du prix du pétrole, s’accompagne systématiquement d’une hausse des intérêts. Si elle reste faible et progressive, elle constitue malgré tout un élément déclencheur.

En parallèle, l’économie connaît une reprise de croissance, ce qui pousse la banque centrale européenne à ne plus se montrer aussi commode avec ses politiques monétaires. Enfin, l’emprunt de l’Etat est de nouveau sur une pente ascendante, puisque qu’il a dépassé 1% en début février.

Tous ces facteurs constituent un terrain favorable à l’augmentation du coût du crédit immobilier. Dans les semaines et les mois à venir, il va donc probablement s’avérer plus difficile pour les ménages français d’accéder à la propriété.

Dans les faits, sur un emprunt de 200 000 euros sur 20 ans, un seul demi-point de pourcentage supplémentaire suffit à ajouter 12 000 euros d’intérêts. En conséquence, les foyers les moins aisés vont devoir renoncer à leurs projets (cliquez ici pour en savoir plus)

 

1

Le crédit immobilier, pour les établissements bancaires, représente la meilleure façon de conquérir une nouvelle clientèle. Pour cette raison, il n’est pas dans l’intérêt des banques d’augmenter trop brutalement les intérêts.

De plus, les ménages ont toujours la possibilité de négocier le coût de leur emprunt. Malgré la tendance à la hausse, cet effet peut donc être limité en avançant les bons arguments et en présentant les bonnes garanties. Dans tous les cas, le niveau des pourcentages est toujours relativement bas. Acheter un logement est donc toujours envisageable pour un grand nombre de ménages.

Si le phénomène devrait se poursuivre et s’accentuer dans les temps à venir, il convient de ne pas céder à la panique. Certaines aides telles que le dispositif Pinel et le prêt à taux zéro seront maintenus au moins jusqu’à l’issue de l’élection présidentielle, de quoi stimuler les transactions. Au final, la direction définitive de ce phénomène dépendra probablement du résultat des urnes.

Le marché de l’immobilier repart : est-il temps d’ouvrir une agence immobilière ?

En 2008, la crise des subprimes aux Etats-Unis a généré un effet boule de neige. Les pays du monde entier ont ensuite traversé de grandes difficultés économiques, la France y compris. Parmi les conséquences néfastes de cet événement, le marché du logement a subi un contrecoup important. Aujourd’hui à la reprise, ce milieu peut générer des vocations : pourquoi ne pas vous essayer à la création d’une agence immobilière ?

L’impact de la crise est-il résorbé ?

Le fait est que la crise économique a provoqué de sérieux remous dans le secteur du logement. Près de 15% des établissements indépendants ont dû fermer leurs portes. Mais depuis quelques temps, le marché est à la reprise. En effet, les taux d’intérêt du crédit immobilier cessent de diminuer après avoir atteint des seuils planchers véritablement historique courant 2016. De leur côté, les prix s’ajustent.

Pour les investisseurs ou ceux qui souhaitent tout simplement devenir propriétaire, c’est donc le bon moment d’acheter. En effet, l’acquisition d’un bien immobilier dans ces conditions est la promesse de pouvoir le revendre plus cher dans des temps plus éloignés. Le terrain semble donc favorable à la création d’agence immobilière.

 

Création agence immobilière : faut-il tenter sa chance ?

Le marché des habitations n’est pas le seul à être touché par ce phénomène. C’est tout le contexte social, économique et politique qui pousse les acquéreurs à se décider. D’une part, l’augmentation des taux d’intérêt n’est pas vouée à s’arrêter. Si elle demeure légère et progressive, plusieurs facteurs la poussent vers le haut :

  • La surprise américaine : outre-Atlantique, la passation de pouvoir a signé l’ouverture d’une période d’incertitude, qui favorise ce phénomène (visitez ce lien pour plus d’informations).
  • L’inflation : certes limitée, elle s’accompagne logiquement d’une hausse des taux
  • Reprise économique : les indicateurs semblent au vert, et la croissance est a priori de retour. De fait, la relative bienveillance de la politique monétaire de la BCE devrait arriver à son terme.
  • Elections présidentielles : l’appel des urnes approche. Pour l’heure, des aides telles que le dispositif Pinel ou le prêt à taux zéro sont maintenues. Mais le résultat du scrutin pourrait complètement changer la donne en fonction du candidat élu.

Entre incertitude, anticipation et prévoyance, celles et ceux qui souhaitent devenir propriétaires auront tendance à se décider dans la première partie de l’année 2017. La dynamique pourrait se poursuivre ensuite, c’est pourquoi songer à la création agence immobilière séduit du monde.

 

Les démarches à effectuer22

Si vous aussi, vous voulez profiter de ce rebond (cliquez ici pour en savoir plus), plusieurs choses doivent entrer en ligne de compte. En particulier si vous optez pour une création agence immobilière en franchise.

Pour obtenir votre carte professionnelle, vous devrez justifier d’une qualification à Bac +3 dans le milieu commercial, juridique ou économique. Si vous n’êtes titulaire d’aucun diplôme, vous pouvez mettre en avant une expérience dans le monde du travail supérieure à dix ans si vous n’avez pas occupé un poste de cadre. Si vous avez été cadre, cette durée est raccourcie à quatre ans.

Vous devez disposer d’un certain nombre de compétences, parmi lesquelles un bon contact relationnel. Votre profil doit être commercial de préférence, car votre métier consistera à vendre des logements. Par ailleurs, savoir gérer une équipe est indispensable.

Après la création d’une agence immobilière, vous serez ainsi en mesure de contacter une enseigne reconnue. Cette dernière vous autorisera à vendre en son nom, et partagera avec vous son savoir-faire et ses techniques. En échange, elle percevra un pourcentage sur votre chiffre d’affaires.

A présent, vous avez les clés en main pour devenir agent immobilier !