Chronique : Les nouveaux amis du fonds trouveront du plomb dans une humeur inhabituellement animée

Le plomb vient de rejoindre la liste A des matières premières, apportant un nouvel ensemble d’acteurs sur un marché qui tente de rééquilibrer l’offre et la demande depuis deux ans.

Bien qu’il n’occupe qu’une pondération de 0,936 %, soit moins que tout autre métal industriel, le plomb est inclus dans le Bloomberg Commodity Index (BCOM) pour la première fois cette année.

L’entrée du plomb dans l’un des indices de référence les plus suivis générera un important booster d’investissement pendant la fenêtre de roulement BCOM de janvier qui commence lundi.

Les nouveaux flux de fonds arrivent à un moment de volatilité inhabituelle dans ce qui a toujours été un marché relativement calme et stable.

Le prix du plomb sur trois mois à la Bourse des métaux de Londres (LME) a ​​rebondi d’un creux de septembre de 1 746 $ à un prix actuel de 2 290 $ la tonne, en partie grâce à son inclusion dans le BCOM.

prix du plomb

L’inventaire épuisé de la LME, qui a chuté à son plus bas niveau de ce siècle alors qu’une compression de l’offre physique sur deux ans montre tous les signes d’entrée dans la nouvelle année, a également aidé.

En rupture de stock

Les stocks de plomb du LME ont chuté de 54 % à 25 150 tonnes au cours de l’année dernière. Le chiffre global s’est légèrement redressé à 25 775 tonnes après une certaine activité justifiée la semaine dernière au port taïwanais de Kaohsiung.

Cependant, une série d’annulations fin décembre signifie que 64 % de ce métal attend désormais un chargement physique.

Le tonnage en direct n’est que de 9 225 tonnes, le plus bas de ce siècle et l’équivalent d’environ six heures d’utilisation mondiale.

Les écarts de temps sont sans surprise volatils, la prime en espèces LME sur le métal à trois mois fléchissant à 63 $ la tonne à un moment donné la semaine dernière, sa plus large depuis décembre 2021.

La répartition des stocks d’entrepôt LME en dit long sur les tensions sous-jacentes dans la chaîne d’approvisionnement physique.

Tout le volume restant disponible est situé en Asie avec l’essentiel à Kaohsiung. Il n’y a pas de stocks enregistrés aux États-Unis et seulement 1 775 tonnes en Europe, toutes annulées.

Les marchés européens et nord-américains sont tendus depuis plus de deux ans en raison d’une séquence de coups de fonderie, notamment la perte depuis la mi-2021 de la fonderie de Stolberg en Allemagne.

Le Groupe d’étude international sur le plomb et le zinc (ILZSG) estime que la production de plomb affiné a baissé de 1,3 % en glissement annuel au cours des 10 premiers mois de 2021, poussant le marché mondial vers un déficit d’approvisionnement de 46 000 tonnes, contre un équivalent de 48 000 tonnes. surplus de tonnes l’an dernier.

La Chine à la rescousse ?

La Chine est devenue un fournisseur de dernier recours sur un marché occidental tendu.

Le pays était un modeste importateur net de plomb raffiné au cours de la période 2017-2020, mais cela a changé en 2021, les exportations ayant atteint 95 000 tonnes, le total annuel le plus élevé depuis 2007.

Chine plomb fournisseur de plomb

La poussée des exportations s’est poursuivie l’année dernière avec des expéditions sortantes totalisant 100 040 tonnes en janvier-novembre. Ils comprenaient une cargaison de 15 000 tonnes vers la Turquie en janvier, une expédition de 11 000 tonnes vers les Pays-Bas en mars et une expédition de 30 000 tonnes vers les États-Unis en juin.

Toutes sont des destinations très inhabituelles pour les exportateurs chinois, témoignant de l’incitation économique créée par un arbitrage positif et des primes physiques élevées.

Cependant, le rythme des exportations a sensiblement ralenti au cours du second semestre 2022 avec des tonnages plus faibles vers des destinations plus courantes telles que Taïwan, la Corée du Sud et le Vietnam.

Shanghai n’est plus assise sur une montagne de plomb. Les stocks enregistrés auprès du Shanghai Futures Exchange (ShFE) dépassaient 200 000 tonnes en septembre 2021. Ils ne s’élèvent actuellement qu’à 37 925 tonnes.

Les exportations de métaux raffinés ont évidemment joué leur rôle dans cette réduction des stocks. Mais il en va de même pour les exportations de batteries au plomb.

La politique zéro covid de la Chine l’année dernière n’a pas aidé les ventes de véhicules, un élément essentiel du profil d’utilisation du plomb. L’Association chinoise des constructeurs automobiles (CAAM) a réduit en juillet ses prévisions de croissance des ventes pour 2022 à 3,0% contre 5,4%. Les ventes jusqu’en novembre ont suivi cette prévision avec une croissance de 3,3 % par rapport à 2021.

Les fabricants de batteries chinois ont compensé en se tournant vers le marché de l’exportation. Les exportations ont atteint un record de 199 millions d’unités en 2021 et ont encore augmenté de 10 % en glissement annuel en janvier-novembre de l’année dernière, compensant largement toute faiblesse intérieure.

La demande d’exportation de batteries a contribué à soutenir l’utilisation intérieure, tandis que l’expédition de près de 200 000 tonnes de métal raffiné primaire vers les marchés occidentaux au cours des deux dernières années a laissé les propres stocks de la Chine s’épuiser.

Il est très incertain que la Chine ait la capacité de continuer à combler les lacunes de la chaîne d’approvisionnement occidentale.

Rééquilibrage

Le marché pilote qui tente de se rééquilibrer depuis deux ans et le retour de la fonderie Nyrstar de Port Pirie en Australie après trois mois de maintenance devraient aider.

L’usine de Stolberg, d’une capacité de 155 000 tonnes par an, est en passe d’être rachetée par la maison de commerce Trafigura et sera gérée par Nyrstar. Bien que les réparations de l’inondation de 2021 soient terminées, un redémarrage dépend de l’approbation réglementaire de l’achat de Trafigura, qui est toujours en attente.

La demande de plomb, quant à elle, sera déterminée par la situation actuelle du secteur automobile, la reprise chinoise jouant contre la récession européenne.

Il convient de rappeler, cependant, que le plomb est en partie isolé du cycle économique plus large par le besoin de batteries de remplacement, qui ont tendance à tomber en panne toutes les quelques années, en particulier dans le type de conditions hivernales qui viennent de frapper l’Amérique du Nord.

Ce qui agit normalement comme un coussin de prix pour le plomb pourrait cette année accentuer les déséquilibres persistants entre l’offre et la demande sur les marchés occidentaux.

La dernière prévision d’octobre de l’ILZSG prévoyait une autre année consécutive de déficit d’approvisionnement en 2023 à hauteur de 42 000 tonnes.

Les nouveaux amis du fonds de plomb pourraient être dans une course turbulente avant un retour aux performances plus piétonnes du passé.

(Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur, Andy Home, chroniqueur pour Reuters.)

Photo of author

Nicolas

Laisser un commentaire