Chronique : Nouvelle année, nouveau marché du nickel après l’effondrement du LME en 2022 ?

Mars 2022 restera dans les livres d’histoire comme le moment où le marché mondial du nickel s’est effondré.

La suspension de six jours du commerce du nickel par le London Metal Exchange (LME) a ​​plongé la chaîne d’approvisionnement mondiale dans l’obscurité des prix.

Le contrat LME est le point d’ancrage autour duquel les producteurs, les utilisateurs et les négociants fixent le prix d’un éventail de produits en nickel, du métal raffiné au ferronickel en passant par le nouveau flux de sulfate destiné aux batteries des véhicules électriques.

Ou du moins ils avaient l’habitude de le faire.

Histoire connexe : Le président du LME démissionne, l’échange refuse de commenter la raison

Le contrat LME est revenu, mais il est bien diminué. Les volumes ont presque diminué de moitié depuis mars, le manque de liquidités accentuant la folie persistante des prix.

Ne cherchez pas de réponse à Shanghai. Le Shanghai Futures Exchange a connu un effondrement encore plus prononcé de l’activité, les volumes chutant de 70 % l’an dernier dans un contexte de volatilité continue dans le temps.

La recherche est en cours pour un nouveau processus de découverte du prix du nickel.

Global Commodities Holdings (GCH) pense avoir une solution, une explosion du passé lointain du LME qui pourrait avoir des conséquences profondes pour le commerce des métaux industriels.

Prix ​​et volumes du nickel LME et ShFE
Prix ​​et volumes du nickel LME et ShFE

Retour vers le futur

GCH exploite globalCOAL, une plateforme de négoce de charbon thermique et métallurgique avec 3 000 utilisateurs enregistrés.

Parmi les membres du marché figurent Anglo-American, BHP, Jindal Stainless, ArcelorMittal, Glencore et Trafigura, qui sont tous des acteurs majeurs de la chaîne d’approvisionnement en nickel.

GCH propose de répliquer ses indices spot du charbon sur le marché du nickel avec un indice des métaux raffinés qui devrait être lancé d’ici la fin du premier trimestre.

Toutes les formes de nickel de classe I seront négociées sur la plate-forme de la société, mais l’indice au comptant sera défini par les briquettes et les cathodes à plaque pleine, les deux formes physiques les plus liquides.

Un prix de règlement quotidien sera dérivé des commandes physiques et des transactions au cours des deux premiers mois pour les livraisons à Baltimore, Jebel Ali, Amsterdam/Rotterdam/Anvers, Singapour, Kaohsiung, Johor, Busan et Shanghai. La transaction minimale sera de 20 tonnes, soit l’équivalent d’un conteneur.

GCH est dirigé par Martin Abbott, qui a été directeur général du LME de 2006 à 2013, mais les échos du passé ne s’arrêtent pas là.

GlobalCOAL, avec des prix référencés aux cargaisons physiques échangées entre les producteurs, les exploitants d’électricité, les entreprises sidérurgiques et les maisons de négoce, est un retour aux premiers jours du LME lui-même.

Lorsque le marché des métaux de Londres a été officiellement créé en 1877, il s’agissait d’un moyen de fixer le prix des cargaisons physiques de métal destinées à ce qui était à l’époque la puissance industrielle mondiale.

Le système commercial mystérieux du LME porte encore l’empreinte de sa genèse. Le prix de référence inhabituel sur trois mois est né des délais d’expédition du cuivre chilien et de l’étain malaisien. Le système déconcertant d’invites roulantes sur plusieurs jours a évolué à partir des caprices des arrivées au port.

Le nouvel indice du nickel proposé est à bien des égards un retour à ces fondamentaux, un processus de découverte des prix basé sur les expéditions physiques échangées entre les acteurs de l’industrie ayant une peau directe dans le jeu des prix.

Futurs partenaires

Le modèle commercial de GCH consiste à concéder sous licence ses indices à une bourse à terme, qui peut étendre un indice au comptant en une courbe à terme négociable complète.

Son NEWCIndex, un point de référence de référence pour le charbon thermique dans la région Asie-Pacifique, est utilisé comme prix de règlement du contrat gC NEWC Futures négocié et compensé par ICE Europe.

Avec toute une industrie à la recherche d’une alternative à la découverte des prix sur le contrat LME blessé, il n’y aura pas de pénurie de partenaires à terme potentiels si l’indice du nickel de GCH peut s’établir.

Le CME a rapidement développé son portefeuille de métaux industriels, mais curieusement n’a jamais proposé de produit en nickel.

Le LME lui-même peut être un prétendant possible.

Avec l’activité commerciale bombardée et les poursuites judiciaires de fonds mécontents qui se profilent, il est difficile de voir comment la bourse peut retrouver de sitôt sa crédibilité en tant que lieu mondial de fixation des prix du nickel.

La relation entre la grande vieille dame du commerce des métaux et Old King Coal pourrait être intrigante.

Diviser l’avenir

« Il y a une dislocation dans le processus de découverte des prix du nickel au comptant, le poids des transactions à terme étant trop lourd pour le processus de règlement existant », a déclaré Abbott dans l’annonce de GCH du 22 décembre.

« Il existe un argument très solide pour séparer la découverte des prix au comptant de l’activité sur les marchés à terme, permettant aux deux fonctions de prospérer », a-t-il ajouté.

C’est évidemment le cas du contrat de nickel du LME, qui n’a tout simplement pas pu absorber l’ampleur des positions courtes accumulées par le groupe chinois Tsingshan.

Le fait que les opérations massives de nickel de Tsingshan ne produisent pas le type de métal livrable dans le cadre du contrat LME n’a fait qu’aggraver l’explosion.

Mais le point d’Abbott sur le poids des transactions à terme sur une structure de prix conçue pour une ère pré-fonds peut résonner plus loin que le marché du nickel.

Le LME recherche agressivement des volumes depuis son achat par Hong Kong Exchanges and Clearing en 2012 avec un afflux d’acteurs financiers, dont beaucoup sont des traders algorithmiques et à haute fréquence.

Les utilisateurs industriels traditionnels ont hésité face à ce qu’ils considèrent comme l’influence indue de l’argent des fonds sur les prix. La tension a entraîné des affrontements répétés sur les efforts de change pour moderniser son système commercial afin d’accueillir les nouveaux arrivants financiers.

Chaque marché de produits de base qui fonctionne est basé sur l’interaction de la couverture industrielle et de la spéculation mais, comme le souligne Abbott, il n’est pas nécessaire qu’il se situe au même endroit.

En particulier lorsque ce lieu a des liquidités réparties sur chaque date entre l’argent comptant et trois mois et est soutenu par des quantités décroissantes d’inventaire d’entrepôt.

Au cours des deux dernières années, la folie s’est répandue dans la suite des métaux LME. Le cuivre a fait l’objet de mesures spéciales en octobre 2021 pour anticiper ce qui risquait de devenir un marché désordonné. L’étain avait déjà subi une explosion sans précédent dans les écarts de temps.

L’effondrement des prix du nickel, bien qu’exceptionnellement extrême, peut être considéré comme faisant partie d’un schéma plus large de faibles stocks combiné à une activité spéculative accrue pour alimenter la volatilité des prix.

Le résultat n’a pas été heureux pour les utilisateurs de métaux industriels.

Ce ne sont peut-être pas seulement les acteurs du nickel qui surveillent de près la nouvelle solution de tarification des métaux proposée par GCH.

(Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur, Andy Home, chroniqueur pour Reuters.)

Photo of author

Nicolas

Laisser un commentaire