L’Allemagne maintiendra certaines unités à charbon en service plus longtemps que prévu

Deux des plus grands fournisseurs d’énergie allemands maintiendront certaines centrales à charbon en service plus longtemps que prévu, suite à la décision d’un régulateur d’interdire la fermeture des installations avant mars 2031.

Uniper SE et EnBW Energie Baden-Württemberg AG avaient toutes deux cherché à supprimer progressivement leurs unités avant cette date. Désormais, les usines devront peut-être au moins rester en veille.

Le régulateur de l’énergie, connu sous le nom de BNetzA, a déterminé que des centrales au charbon « systématiquement pertinentes » doivent être disponibles comme sources d’énergie de secours en cas d’urgence, a rapporté jeudi le journal Die Welt. L’agence a ensuite confirmé cette décision. L’Allemagne, la plus grande économie d’Europe, dépend davantage du charbon après que la Russie a réduit ses approvisionnements en gaz naturel et après avoir fermé ses dernières centrales nucléaires cette année.

La décision de BNetzA concerne deux unités de l’usine Uniper de Scholven à Gelsenkirchen, selon un porte-parole de l’entreprise. L’entreprise, qui a été nationalisée au plus fort de la crise énergétique de l’année dernière, souhaite éliminer progressivement le charbon en 2029 et atteindre une production d’électricité sans carbone de 80 % d’ici 2030.

Uniper entend respecter ce calendrier. « Nous évaluerons les objectifs contradictoires de l’élimination progressive de la houille et la pertinence systémique des centrales », a indiqué l’entreprise par courrier électronique.

Le régulateur a également demandé à EnBW – qui cherche à éliminer progressivement le charbon dès 2028 – de garder une unité disponible dans sa centrale d’Altbach/Deizisau, dans le sud-ouest de l’Allemagne, jusqu’en mars 2031. La décision n’affectera pas les plans d’élimination progressive de l’entreprise, a-t-il déclaré. .

Le gouvernement allemand avait précédemment annoncé son intention d’éliminer progressivement le charbon d’ici 2030, soit huit ans plus tôt que la date cible officielle. La décision du régulateur ne devrait pas affecter cet objectif, car les centrales dont le maintien en service sera ordonné seront mises en réserve et « ne participeront pas activement au marché et ne produiront pas d’électricité », a déclaré un porte-parole du ministère.

La question de savoir si elles continueront à produire des émissions dépend du projet de l’Allemagne de construire jusqu’à 24 gigawatts de nouvelles centrales électriques au gaz qui pourront ensuite être converties à l’hydrogène. Les unités sont nécessaires pour maintenir la stabilité du système et contribuer à l’élimination progressive du charbon. Le ministre de l’Economie, Robert Habeck, a tenté de lancer le premier appel d’offres pour les centrales à gaz cette année, mais les projets ont été retardés en raison de la crise budgétaire du pays.

Photo of author

Nicolas