L’utilisation du contrat de cobalt CME s’élève au-dessus de LME alors que de grands acteurs se joignent

L’activité des contrats à terme sur le cobalt du groupe CME a cette année largement dépassé les volumes du London Metal Exchange, des sources citant de grandes entreprises, dont le principal producteur Glencore, en tant qu’utilisateurs couvrant leur exposition au métal de la batterie.

Les consommateurs, les producteurs, les négociants en matières premières, les courtiers et les banques soutiennent le contrat réglé en espèces du CME car ils veulent un instrument liquide pour couvrir le cobalt, qui a pris de l’importance en raison de son utilisation dans les batteries de véhicules électriques, qui sont essentielles pour atteindre les objectifs de réduction des émissions.

Les volumes croissants de cobalt CME devraient aider la bourse américaine à gagner des parts de marché dans les contrats pour d’autres matériaux utilisés dans les véhicules électriques tels que le lithium et l’aluminium.

Pendant ce temps, le contrat de cobalt du LME n’a pas réussi à gagner du terrain en raison d’un manque d’intérêt de la part de ses membres.

Une source ayant des connaissances directes a déclaré que Glencore, le plus grand producteur de cobalt au monde, souhaitait soutenir la création d’un marché à terme du cobalt liquide.

Glencore utilise du cobalt CME et négocie également de manière bilatérale avec des banques en utilisant des contrats de gré à gré (OTC), a indiqué la source.

Glencore a refusé de commenter.

« L’intérêt pour le cobalt CME est constant », a déclaré une source proche du dossier. « Volkswagen et d’autres constructeurs automobiles doivent inclure le cobalt dans leurs programmes de couverture. »

Volkswagen fabrique des véhicules électriques qui utilisent des batteries contenant du cobalt. Le constructeur automobile allemand a déclaré Reuter il n’utilise pas les contrats à terme sur le cobalt du CME, mais il négocie bilatéralement avec les banques en utilisant des contrats de gré à gré réglés en espèces.

Les banques couvrent ensuite leur exposition à Volkswagen en utilisant du cobalt CME, a déclaré une deuxième source proche du dossier.

Les volumes du contrat de cobalt réglé en espèces du CME, lancé en décembre 2020, ont grimpé de 273 % pour atteindre 11 003 tonnes au cours des 10 mois à fin octobre par rapport à la même période l’an dernier.

L’intérêt ouvert, le nombre de contrats en cours détenus par le marché, pour le cobalt CME à 8 258 tonnes en octobre a bondi de 352 % par rapport à la même période l’an dernier. Les intérêts ouverts sont répartis sur les échéances de novembre 2022 à décembre 2025.

CME Group a refusé de commenter.

Le contrat de cobalt réglé en espèces du LME n’a pas été négocié depuis son lancement en 2019, tandis que l’intérêt pour son contrat CBD0 livrable physiquement s’est estompé, comme en témoigne une baisse de 68 % des volumes à 238 tonnes en janvier-octobre par rapport à la même période l’année dernière.

L’intérêt ouvert pour le contrat physiquement livrable du LME est bloqué à 13 tonnes depuis août, contre des niveaux proches de 800 tonnes en décembre 2018.

« Les courtiers CME veulent que le contrat fonctionne. Les courtiers LME s’en fichent, ce n’est pas une offre de base pour eux », a déclaré la deuxième source proche du dossier.

LME a refusé de commenter.

Selon Benchmark Mineral Intelligence (BMI), la demande de cobalt du secteur des batteries représentait 47 % du total à 88 147 tonnes en 2015.

BMI s’attend à ce que la demande de cobalt pour les batteries atteigne 68 % à près de 164 000 tonnes cette année et 82 % à 360 231 tonnes d’ici 2030.

La majeure partie de cette croissance proviendra des batteries de véhicules électriques, selon Caspar Rawles, analyste chez BMI. Le cobalt garantit que les batteries ne surchauffent pas ou ne s’enflamment pas facilement et contribue à prolonger leur durée de vie, que les constructeurs automobiles garantissent généralement de huit à 10 ans.

Glencore a produit 31 300 tonnes de cobalt l’année dernière, dont une grande partie en République démocratique du Congo où il s’agit d’un sous-produit du cuivre. Le cobalt est également un sous-produit de la production de nickel.

Photo of author

Nicolas

Laisser un commentaire