Potanin dit que les sanctions contraignent Nornickel et l’obligent à ajuster sa stratégie

Le patron de Nornickel, Vladimir Potanine, l’un des hommes les plus riches de Russie, a déclaré lundi que le géant des métaux retravaillait sa stratégie et resserrait ses liens avec des pays comme la Chine, la Turquie et le Maroc en raison des sanctions occidentales contre l’économie russe.

Potanine a dit à la Russie RBC télévision que l’impact des sanctions « n’affecte pas directement la vie de l’entreprise, sa survie, mais bien sûr il limite ses capacités, y compris financières, et le développement des marchés sur lesquels elle est traditionnellement présente ».

« Les garder est plus difficile, et les nouveaux sont chers à gagner. Nous devons faire face à tout cela », a ajouté Potanin, qui est le directeur général et le principal actionnaire de Nornickel, détenant 36% via son groupe holding Interros.

Les commentaires de Potanin ont fourni une rare reconnaissance de la façon dont les sanctions occidentales concernant la guerre en Ukraine affectent une entreprise d’importance stratégique pour l’économie russe et les marchés mondiaux des métaux – même si Nornickel elle-même n’est pas directement visée par les mesures.

Les gouvernements occidentaux se sont abstenus de frapper Nornickel, conscients de la perturbation des marchés de l’aluminium après la sanction du rival de Potanin Oleg Deripaska et de son groupe Rusal en 2018.

Potanin a déclaré que son entreprise, le plus grand producteur mondial de palladium et de nickel raffiné, était néanmoins touchée par les sanctions « complètement destructrices » en raison de l’impact sur les chaînes logistiques, les systèmes de paiement et la possibilité d’acheter de nouveaux équipements.

Les projets d’expansion de Nornickel sur d’autres marchés ont été perturbés, a-t-il dit, l’obligeant à concentrer sa politique d’investissement sur la Russie et les pays amis.

« Naturellement, nous trouvons des moyens de sortir de cette situation. Nous restructurons les chaînes logistiques vers des pays plus amis. Tout d’abord, en Chine, en Turquie, au Maroc et dans d’autres pays arabes », a-t-il déclaré.

Potanine a réitéré le point de vue qu’il avait déclaré peu après le début de la guerre, selon lequel la Russie ne devrait pas répondre aux sanctions en confisquant ou en nationalisant les actifs occidentaux.

« Si certaines entreprises quittent notre pays, au lieu de leur appliquer une sorte de confiscation et d’autres mesures sévères, il est beaucoup plus facile de donner à la communauté des investisseurs la possibilité de résoudre ce problème par elle-même », a-t-il déclaré.

« L’exode paniqué des entreprises étrangères de notre marché a conduit au fait que ces entreprises pouvaient être acquises par des investisseurs nationaux à des conditions très intéressantes », a ajouté Potanin, qui a lui-même conclu plusieurs accords dans les premières semaines de la guerre, dont l’achat de Rosbank. du prêteur français Société Générale.

Potanin a été placé sur une liste de sanctions américaines le mois dernier dans le cadre de mesures plus larges visant les personnes et les entreprises proches du président Vladimir Poutine. Il avait déjà été ciblé par la Grande-Bretagne et le Canada.

Photo of author

Nicolas

Laisser un commentaire