La Chine rétablit les droits de douane sur le charbon, ce qui menace les exportateurs russes

La Chine a rétabli les taxes à l’importation sur le charbon depuis le début de l’année, une décision qui pourrait menacer les exportateurs russes dépendants du plus grand marché mondial pour ce combustible.

Les tarifs ont été supprimés en mai 2022 pour se prémunir contre les risques d’approvisionnement après que l’invasion de l’Ukraine par Moscou ait ébranlé les marchés mondiaux de l’énergie. Cela a contribué à ouvrir la voie à des importations record l’année dernière, qui comprenaient une part accrue de charbon russe boudé par les autres acheteurs. Aujourd’hui, la politique a été réorientée vers la protection des sociétés minières chinoises contre les conséquences d’une surabondance après que la production nationale ait elle aussi atteint un niveau record.

La Russie est devenue le numéro un. L’objectif à long terme des deux pays est d’atteindre 100 millions de tonnes de charbon par an, un chiffre qui devrait être atteint en 2023 une fois les importations de décembre comptabilisées. Pour maintenir ces volumes, les prix russes devront baisser.

« Aucun autre pays ne peut absorber des réserves aussi importantes », a déclaré Su Huipeng, un analyste de l’Association chinoise de transport et de distribution de charbon, lors d’un point de presse la semaine dernière. « Ce sont les exportateurs qui doivent baisser les prix et absorber le coût fiscal supplémentaire. »

Les ventes mensuelles de charbon de la Russie à la Chine ont diminué depuis leur pic de plus de 10 millions de tonnes en juin, car ses expéditions sont devenues moins compétitives par rapport aux autres origines, une dynamique qui ne fera qu’empirer à mesure que les taxes seront réimposées.

Pendant ce temps, des concurrents tels que l’Australie et l’Indonésie, principal fournisseur, sont à l’abri des droits de douane en raison des accords de libre-échange conclus avec Pékin. Moscou a également imposé une taxe sur ses propres ventes à l’étranger pour contribuer à financer sa guerre.

Les droits de douane imposés par la Chine aux pays les plus favorisés, dont la Russie, la Mongolie, l’Afrique du Sud et les États-Unis, sont revenus à un taux de 6 % sur le charbon destiné à l’électricité et au chauffage et de 3 % sur le charbon à coke utilisé par les aciéries. La Chine possède une abondance de charbon thermique mais manque généralement de charbon sidérurgique, ce qui devrait contribuer à limiter l’impact des prélèvements sur ces importations.

Le charbon provenant d’autres pays ne bénéficiant pas d’un statut préférentiel sera taxé à 20 %.

Photo of author

Nicolas