Le bénéfice d’Aurubis au premier trimestre est inférieur aux prévisions en raison de la baisse des prix des métaux

Le plus grand producteur de cuivre d’Europe, Aurubis, n’a pas publié mardi ses résultats attendus pour le premier trimestre, frappé par la baisse des prix des métaux et la hausse des frais de justice suite au vol de métaux précieux sur son site de Hambourg au cours de l’exercice précédent.

Le bénéfice d’exploitation avant impôts (EBT) a chuté de 11% à 111 millions d’euros (119 millions de dollars) sur le trimestre clos en décembre, légèrement en dessous de l’estimation consensuelle de l’entreprise de 115 millions d’euros.

Cette baisse est due à une baisse de 16 % des bénéfices du segment du recyclage des métaux, les prix des métaux ayant chuté en particulier pour le nickel, le palladium et le cuivre, a indiqué la société.

Cela a été en partie compensé par la baisse des coûts de l’électricité et du gaz ainsi que par la hausse des ventes de fil machine et des frais de traitement et d’affinage du cuivre, a-t-il ajouté.

L’activité de fonderie et de produits à façon, la plus importante d’Aurubis, a vu son EBT opérationnel diminuer de 1 % au cours du trimestre.

Les coûts de lancement des projets stratégiques ont également eu un effet négatif sur les résultats trimestriels, a indiqué la société.

Aurubis réalise un plan d’investissement de 1,7 milliard d’euros qui comprend la construction d’une nouvelle usine de recyclage aux Etats-Unis et le renforcement de la sécurité dans son usine de Hambourg après le vol qui a coûté 169 millions d’euros l’année dernière.

Le premier producteur européen de cuivre, Aurubis, victime d’une énorme arnaque aux métaux

Les actions de la société ont chuté de 2,8% en début de séance à Francfort, Baader Helvea déclarant dans une note de recherche que « l’incertitude quant à la future direction » pesait sur le titre à court terme.

Aurubis a annoncé le mois dernier avoir accepté de résilier prématurément les contrats de trois membres du conseil d’administration, dont le PDG Roland Harings, en raison de leur gestion d’allégations de fraude et de vol ainsi que d’incidents de sécurité au travail.

Le transformateur de métaux a réitéré ses perspectives pour l’ensemble de l’année d’un EBT opérationnel de 380 à 480 millions d’euros pour l’exercice clos en septembre.

(1$ = 0,9301 euros)

Photo of author

Nicolas