Le magnat russe fera face à une nouvelle enquête sur les villas de Billionaire Bay

Le milliardaire russe Suleiman Kerimov, 56 ans, et sa famille doivent faire face à une nouvelle enquête en France, avec une nouvelle équipe de procureurs examinant comment sa fille est devenue propriétaire de plusieurs villas de luxe sur la Côte d’Azur, et qui en est le bénéficiaire ultime.

Junalco, le parquet de Paris chargé de lutter contre le crime organisé, mène l’enquête sur les flux financiers qui ont permis l’acquisition par Gulnara Kerimova, 32 ans, des sociétés propriétaires des quatre villas de la « baie du milliardaire » au Cap d’Antibes. , selon des personnes proches du dossier. La propriété des villas a fait l’objet d’une affaire de blanchiment d’argent ouverte il y a plusieurs années à Nice, dans le sud-est de la France.

Les procureurs de Junalco s’appuient désormais sur un rapport de juin de l’organisme français de lutte contre le blanchiment d’argent Tracfin, a déclaré la population. Selon ce document, Gulnara a dépensé 268 millions d’euros (279 millions de dollars) pour reprendre la structure de propriété, avec des fonds fournis en grande partie par son frère Said, a rapporté le média d’investigation Mediapart. En réponse aux questions de Bloomberg, le parquet de Paris a confirmé que Junalco menait l’enquête sur la note Tracfin.

Nikita Sichov, un avocat représentant Suleiman, Said et Gulnara, a écarté tout effort visant à ramener la famille sous les projecteurs juridiques français, suggérant que le changement de propriétaire des propriétés est bien connu des autorités françaises.

« Le rapport Tracfin auquel vous faites référence concerne une restructuration menée en toute transparence avec les instances compétentes afin de se conformer à l’ensemble de la réglementation en vigueur », a déclaré Sichov en réponse aux questions de Bloomberg.

La nouvelle sonde clôt un mauvais mois pour la famille de Kerimov, qui jusqu’au début de cette année détenait une participation majoritaire dans Polyus PJSC, le plus grand mineur d’or de Russie. Il a complètement quitté l’entreprise en mai.

Kerimov, qui est sénateur en Russie et dont la valeur nette est de 10,9 milliards de dollars selon Bloomberg Billionaires Index, est sanctionnée par les États-Unis depuis 2018. Il y a deux semaines, les États-Unis ont sanctionné Said, Gulnara et les quatre sociétés immobilières françaises qu’elle a acquises en tant que ainsi qu’Alexander Studhalter, un associé de Kerimov qui avait auparavant fait appel à une entreprise suisse pour la propriété des villas. L’Union européenne et le Royaume-Uni ont ajouté Kerimov à leurs listes de sanctions à la suite de l’invasion de l’Ukraine. Saïd est sanctionné par l’UE depuis avril.

Alors que Kerimov figure sur la liste des sanctions de l’UE, les quatre villas n’apparaissent pas sur la liste française des propriétés gelées, soulignant la difficulté des autorités locales à lui lier les maisons de luxe.

Belle affaire

Kerimov semblait être au clair en France à la suite d’un accord de règlement conclu en 2020 entre les procureurs de Nice et la société suisse dirigée par Studhalter pour 1,4 million d’euros.

Cette affaire a fait la une des journaux mondiaux en novembre 2017 lorsque le milliardaire russe a été appréhendé à l’aéroport de Nice et accusé de blanchiment d’argent. L’arrestation a été dramatique. Kerimov s’était envolé en jet privé pour Nice prévoyant de se diriger vers le Cap d’Antibes. Au lieu de cela, il a été accueilli par des policiers français. Pendant des mois après cela, il a été assigné à résidence virtuelle sur la côte française, tenu de se présenter chaque semaine à la police et autorisé à retourner en Russie uniquement avec une autorisation spéciale pour de courtes visites.

Une grande partie de cette enquête s’était initialement concentrée sur des paiements secrets d’une valeur de 92 millions d’euros lors de l’acquisition de la « Villa Hier », célèbre utilisée comme maison de Michael Caine dans le film de 1988 Dirty Rotten Scoundrels.

Sichov, l’avocat de Kerimov, a déclaré que les accusations portées contre son client dans l’affaire de Nice concernant la vente de la Villa Hier avaient été rejetées et que le milliardaire ne faisait l’objet d’aucune accusation formelle dans le cadre d’une procédure pénale.

Les procureurs de Nice étaient tombés par hasard sur Kerimov alors qu’une enquête sur des trafiquants de drogue conduisait de manière inattendue la police française à une secrétaire travaillant pour un avocat corse. Alors que les enquêteurs commençaient à mettre sur écoute l’entourage de l’avocat, ils ont remarqué des transactions suspectes chez l’un de ses clients, l’ancien propriétaire de la Villa Hier. Cette piste les a ensuite conduits à Studhalter et Kerimov.

Tout au long de cette enquête, Kerimov a affirmé qu’il n’avait jamais acheté les villas mais qu’il les louait simplement à Studhalter. Le magnat était réputé pour être une sorte de figure de type Jay Gatsby en raison de ses soirées fastueuses sur la Riviera, y compris une fête où Beyonce a chanté.

Pourtant, il y avait des signes que Kerimov était plus qu’un simple locataire. Les plans des architectes londoniens MMM pour les rénovations de la Villa Medy Roc en 2009 montraient des plans de chambres portant les noms des enfants de Kerimov – Said, Gula et Emina. Un avocat de Studhalter a refusé de commenter.

La sonde de Junalco

Désormais, le rapport Tracfin et la mission des procureurs de Junalco pour enquêter sur la propriété des villas pourraient remettre la famille Kerimov dans le collimateur de la justice française. Junalco est une unité d’élite créée récemment à Paris et chargée de poursuivre les affaires de criminalité organisée « très complexes » dans toute la France, des barons de la drogue aux cybercriminels. Il partage la compétence sur certaines matières avec le Parquet National Financier, une autre unité de poursuite qui opère en France et se concentre sur les crimes en col blanc.

Pendant ce temps, les riches Russes, autrefois une présence notable sur la Côte d’Azur, ont pratiquement disparu depuis l’invasion de l’Ukraine. On les voyait autrefois en vacances dans leurs vastes villas avec vue sur la mer ou sur des superyachts de Saint-Tropez à Monaco. Mais nombre de leurs manoirs sont désormais gelés et leurs bateaux immobilisés à travers l’Europe.

Photo of author

Nicolas

Laisser un commentaire