L’Europe conclut un accord historique pour mettre le prix de la pollution sur les importations

Les décideurs politiques de l’Union européenne ont conclu mardi un accord historique pour imposer un prix des émissions sur certaines importations en provenance de pays tiers afin de garantir des conditions de concurrence équitables pour les industries du bloc lors d’une refonte verte sans précédent.

Après des heures de négociations nocturnes, les gouvernements de l’UE et le Parlement européen ont défini les principaux détails du mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, dont la mise en œuvre progressive commencera par des obligations de déclaration en octobre 2023. Il couvrira les secteurs à forte intensité de carbone tels que le ciment, l’acier , les engrais aluminiques et la production d’électricité et d’hydrogène.

Les plans de l’UE, qui vise à être à l’avant-garde de la lutte mondiale contre le changement climatique, ont déjà provoqué un malaise diplomatique dans des pays comme la Chine et l’Inde, et on craint que la Russie ne s’y conforme. Le mécanisme intervient également dans un contexte de tensions croissantes autour d’une importante loi climatique de 369 milliards de dollars américains qui accorde des subventions uniquement aux fabricants américains pour développer certaines technologies propres.

« Bien sûr, le CBAM aura un impact sur nos partenaires commerciaux, car il est conçu pour cela », a déclaré Pascal Canfin, président de la commission de l’environnement du Parlement européen, aux journalistes lors d’un briefing mardi à Strasbourg, où les pourparlers ont eu lieu en marge de la réunion de l’Assemblée. séance plénière. « Il est important que l’UE joue un rôle moteur dans le lien entre les politiques climatiques et commerciales. »

L’idée de mettre un prix sur les émissions à la frontière a été lancée dans la région au cours des deux dernières décennies, mais ce n’est qu’en 2021 que la Commission européenne a présenté un projet de règlement. Faisant partie d’un ensemble visant à réduire les gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici la fin de la décennie, la mesure prévoyait que l’importateur serait en droit de rendre compte des coûts de pollution payés dans le pays d’origine s’il appliquait une tarification du carbone.

« C’est un message très fort au reste du monde et je ne peux pas imaginer que d’autres régions ne suivront pas avec un mécanisme similaire », a déclaré Mohammed Chahim, négociateur en chef du parlement sur la mesure. « En fin de compte, si nous devenons climatiquement neutres et que d’autres régions ne nous suivent pas dans cet engagement d’ici le milieu du siècle, l’Accord de Paris est de plus en plus loin d’être réalisable. »

Selon l’accord, CBAM inclura également les émissions indirectes sous certaines conditions, a ajouté Chahim. La commission évaluera la méthodologie pour une telle pollution avant la fin de la période de transition.

L’accord préliminaire entre les négociateurs devra être approuvé par les ministres des gouvernements nationaux et par l’ensemble du parlement pour entrer en vigueur. Mais les décideurs politiques doivent d’abord conclure un accord sur un autre projet de loi – une réforme en profondeur du marché du carbone de l’UE. Des pourparlers sur cette question doivent avoir lieu vendredi et samedi.

La refonte du système d’échange de quotas d’émission est étroitement liée à la CBAM, car elle précisera comment et quand éliminer progressivement les quotas d’émissions que les secteurs couverts par la taxe sur les émissions obtiennent actuellement gratuitement pour éviter la délocalisation vers des pays aux politiques climatiques plus laxistes. Il décidera également de la manière de traiter les exportateurs couverts par l’ETS, dont la compétitivité peut être menacée lorsqu’ils expédient des marchandises vers des pays sans tarification du carbone.

« Nous avons besoin d’un mécanisme, encore plus dans le contexte de l’IRA », a déclaré Canfin, faisant référence à la loi américaine controversée par son titre, l’Inflation Reduction Act.

Photo of author

Nicolas

Laisser un commentaire