Le Burkina Faso nie avoir payé des combattants russes avec des droits miniers

Le ministre des Mines du Burkina Faso a démenti mardi une allégation du président du Ghana selon laquelle le Burkina Faso aurait payé des mercenaires russes en leur donnant les droits sur une mine.

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a provoqué la polémique en déclarant la semaine dernière que le Burkina Faso avait engagé des mercenaires du groupe russe Wagner pour l’aider à combattre les militants islamistes.

« Je crois qu’une mine dans le sud du Burkina leur a été attribuée comme moyen de paiement pour leurs services », a déclaré Akufo-Addo, s’adressant aux journalistes aux côtés du secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Le gouvernement du Burkina Faso n’a pas formellement confirmé ou nié l’allégation selon laquelle il aurait conclu un accord avec Wagner, mais il a convoqué l’ambassadeur du Ghana pour une réunion vendredi pour expliquer les propos du président.

« Nous n’avons accordé aucun permis à une entreprise russe dans le sud du Burkina », a déclaré le ministre des Mines Simon Pierre Boussim, s’adressant aux journalistes après une réunion avec des groupes de la société civile préoccupés par ces allégations.

« Nous avons fait une liste de tous les permis d’exploitation ou de recherche pour les grandes mines industrielles du sud, afin qu’ils voient clairement qu’il n’y a pas de site caché », a-t-il déclaré.

Le gouvernement burkinabé a récemment accordé un nouveau permis d’exploration à la société russe Nordgold pour une mine d’or à Yimiougou, dans la région du centre-nord, a déclaré Boussim, mais la société est active au Burkina Faso depuis plus d’une décennie.

Le voisin du Burkina Faso, le Mali, a embauché Wagner l’année dernière pour l’aider à combattre les insurgés. La perspective de voir le groupe étendre sa présence en Afrique a troublé les puissances occidentales telles que la France et les États-Unis, qui affirment qu’il exploite les ressources minérales et commet des violations des droits de l’homme dans les pays où il opère.

Photo of author

Nicolas

Laisser un commentaire