Le PDG d’Aurubis « déçu » LME n’a pas interdit les métaux russes

Le directeur général d’Aurubis AG, la plus grande fonderie de cuivre d’Europe, a déclaré jeudi qu’il était déçu par la décision de la London Metal Exchange de ne pas interdire les métaux russes.

« J’ai été déçu que LME n’ait pas agi », a déclaré Roland Harings Reuter dans une interview en marge de la CRU World Copper Conference Asia à Singapour.

« Ce ne serait pas juste si d’un côté nous, en tant qu’Europe, soutenions fortement l’Ukraine … et ce serait un peu contre-productif si, d’un autre côté, nous, en tant qu’Européens, soutenions inutilement la Russie en ramassant son métal », a-t-il déclaré.

Les pays occidentaux ont imposé des sanctions à la Russie depuis l’invasion de l’Ukraine, mais jusqu’à présent, il n’y a aucune restriction sur l’achat de métal russe.

Le LME a lancé en octobre un document de travail sur la possibilité d’interdire l’échange et le stockage de l’aluminium, du nickel et du cuivre russes dans son système, mais plus tôt ce mois-ci, il a décidé de ne pas le faire, affirmant qu’une partie importante du marché prévoyait toujours d’acheter l’aluminium du pays. métal en 2023.

Aurubis avait précédemment déclaré qu’il souhaitait que le LME impose une interdiction immédiate du métal russe en raison du risque de remplissage des entrepôts car les consommateurs l’évitent.

En 2021, la Russie a fourni à l’Union européenne près de 292 000 tonnes de cuivre, sur la base des données de Trade Data Monitor, qui ont montré que les importations de cuivre de l’UE totalisaient plus de 801 000 tonnes l’année dernière.

«Nous avons encore des contrats que nous devons honorer car il n’y avait pas d’embargo de l’État sur les fournisseurs. Mais avec l’expiration de ces contrats (en 2022), nous n’allons pas acheter de matériel russe », a déclaré Harings.

« Nous avons des ressources en Afrique et en Amérique du Sud et il y a aussi du cuivre disponible maintenant avec des primes plus élevées que nous voyons en Europe. »

Aurubis facturera à ses clients européens une prime de 228 dollars par tonne au-dessus du prix de référence LME en 2023, un bond de 85 % par rapport à cette année, en raison des attentes d’une forte demande de cuivre, de faibles stocks et de coûts élevés de l’énergie et du transport.

Des sources de l’industrie en octobre avaient déclaré que les consommateurs qui évitaient le métal de Russie étaient en partie à l’origine de l’augmentation de la demande provenant d’autres sources.

La forte croissance des secteurs des énergies renouvelables et des véhicules électriques a également stimulé la consommation de cuivre, compensant l’affaiblissement de la demande du secteur de la construction, a déclaré Harings.

« Nous prévoyons une bonne demande pour l’année civile (20)23. Nous devons voir ce qui va se passer avec l’économie globale, la récession, les taux d’intérêt et tout ce qui va suivre », a-t-il déclaré.

Photo of author

Nicolas

Laisser un commentaire