Un consortium européen obtient 12,3 millions d’euros pour développer un système de gestion des mines

Un consortium multidisciplinaire composé de partenaires de Norvège, du Portugal, d’Espagne, d’Italie, de Slovénie et des Pays-Bas a reçu 12,3 millions d’euros d’Horizon Europe, le principal programme de financement de l’UE pour la recherche et l’innovation, afin de développer un système de gestion des mines innovant et holistique qui vise à numériser et à moderniser l’industrie.

L’objectif ultime derrière le nouveau système est de réduire la dépendance de l’Europe à l’égard des minéraux et des métaux importés utilisés pour tout produire, des téléphones portables aux énergies renouvelables et aux équipements de défense modernes.

Le nom du projet est DINAMINE, qui signifie « Mine numérique et innovante du futur ». Il se concentrera principalement sur les petites et moyennes mines qui représentent plus de la moitié de la valeur ajoutée en Europe.

Parmi les technologies à développer et à démontrer figure un système de base de données intelligent pour l’intégration en temps réel de divers types d’informations telles que les données géologiques et géophysiques, les ressources minérales, la géomécanique, les données de traitement des minéraux, les résidus et les données environnementales. Le système de données sera utilisé en combinaison avec les facteurs économiques et pratiques pour la planification, la surveillance et la gestion globales de la mine.

Les entreprises impliquées dans le consortium prévoient également de créer une technologie basée sur la vision artificielle pour améliorer les activités liées à l’ingénierie des roches telles que la cartographie de la masse rocheuse, l’optimisation du dynamitage et la suggestion de mesures de stabilisation pertinentes. Cet objectif sera atteint en incorporant la technologie dans une foreuse géante semi-autonome.

Enfin, une technologie de surveillance géomécanique en temps réel des ouvertures souterraines et des fosses à ciel ouvert devrait également être développée.

Tous les nouveaux systèmes et solutions seront testés sur deux sites de démonstration en Norvège et au Portugal, sous les auspices du norvégien Skaland Graphite et du portugais Felmica Minerais Industriais, respectivement. Les sites de test ont été sélectionnés pour être représentatifs des régions européennes, des matières premières et des chaînes de valeur.

Outre ces deux entreprises, d’autres membres du consortium sont l’Institut géotechnique norvégien, qui dirige le projet de 3,5 ans ; les autres sociétés et organisations norvégiennes AMV AS, SINTEF Nord AS, SINTEF AS et SINTEF Helgeland AS ; Worldsensing SL en Espagne, l’Institut national de chimie en Slovénie, Ciaotech Srl en Italie et SPECTRAL Industries BV aux Pays-Bas.

Photo of author

Nicolas

Laisser un commentaire