Les risques de pillage du tableau périodique

Un article récent publié dans la revue Tendances en écologie et évolution estime que l’homme se dirige vers une situation dans laquelle 80% des éléments que nous utilisons proviennent de sources non biologiques.

Rédigé par des chercheurs du Centre de recherche sur les applications écologiques et forestières, de l’Universitat Autònoma de Barcelona (UAB) et du Conseil national espagnol de la recherche (CSIC), l’article note qu’en 1900, environ 80 % des éléments utilisés par l’homme provenaient de la biomasse (bois , plantes, nourriture, etc.). Ce chiffre était tombé à 32 % en 2005 et devrait se situer à environ 22 % en 2050.

Les éléments non biologiques, cependant, sont rares ou pratiquement absents dans les organismes vivants, et rares en général ; dans de nombreux cas, leurs principales réserves sont situées dans une poignée de pays seulement.

Ces éléments doivent être obtenus à partir de sources géologiques, ce qui implique l’extraction, le commerce entre les pays et le développement de technologies de recyclage efficaces, alors que leur rareté et leur localisation créent un potentiel de conflits sociaux, économiques, géopolitiques et environnementaux.

Presser le tableau périodique

L’étude revient sur l’histoire de l’humanité en relation avec son utilisation des éléments du tableau périodique.

« L’homme est passé de l’utilisation de matériaux communs, tels que l’argile, la pierre et la chaux, dont les éléments sont constamment recyclés dans le sol, dans la nature et dans l’atmosphère, à l’utilisation de nombreux autres éléments, dont notamment ceux dits terres rares. », a déclaré Jordi Sardans, chercheur au CREAF et co-auteur de l’étude, dans un communiqué de presse.

Selon l’article, l’élémentome humain, qui est une gamme d’éléments chimiques dont les humains ont besoin, et l’élémentome biologique, qui est l’ensemble des éléments chimiques dont la nature a besoin, ont commencé à diverger dans la décennie des années 1900, résultat d’une croissance continue. de l’utilisation de matériaux non issus de la biomasse tels que les combustibles fossiles, les matériaux métalliques/industriels et les matériaux de construction.

Des éléments utilisés dans la construction, les transports, l’industrie et, plus récemment, les nouvelles technologies, telles que les appareils informatiques et photovoltaïques et les téléphones portables, se sont ajoutés à l’élémentome humain au cours du XXe siècle.

Ils comprennent le silicium, le nickel, le cuivre, le chrome et l’or, ainsi que d’autres moins courants, tels que le samarium, l’ytterbium, l’yttrium et le néodyme. Au cours des deux dernières décennies, il y a eu une augmentation de l’utilisation de ces éléments rares, en raison de la mise en œuvre et de l’expansion de nouvelles technologies et de sources d’énergie propres.

« La consommation/extraction d’éléments minéraux augmente à un rythme d’environ 3 % par an, et cela se poursuivra jusqu’en 2050 », a déclaré Josep Peñuelas, l’autre co-auteur de l’étude. « Dans ce scénario, il est possible que nous ayons épuisé toutes nos réserves de certains de ces éléments (or et antimoine) d’ici 2050, et d’autres (molybdène et zinc) d’ici cent ans. »

Risques et opportunités

Selon Peñuelas et ses collègues, l’extraction des éléments chimiques de la terre pourrait être un facteur limitant et conduire à des crises à tous les niveaux.

L’utilisation de plus d’éléments du tableau périodique implique l’extraction de plus de minéraux, l’augmentation de la consommation d’énergie et les émissions de CO2 associées. De plus, la raréfaction des éléments en question menace leur disponibilité, notamment en ce qui concerne les pays les plus pauvres, et rend difficile le maintien de la production même pour les pays riches, affectant ainsi le développement économique.

Dans ce contexte, il existe également des considérations géopolitiques importantes et problématiques.

Les réserves naturelles de certains éléments, dont les terres rares, sont situées dans un nombre limité de pays (Chine, Vietnam, Brésil, États-Unis, Russie et République démocratique du Congo) ; La Chine contrôle en fait plus de 90 % de l’offre mondiale et près de 40 % des réserves. Leur disponibilité est donc soumise aux fluctuations de l’offre et des prix causées par des intérêts géopolitiques opposés, avec le risque de conflits qui en découle.

Les auteurs soulignent la nécessité de mettre un terme à l’obsolescence programmée, qui est la politique de planification ou de conception d’un produit pour qu’il ait une durée de vie artificiellement limitée, ainsi que de développer de nouvelles technologies qui contribuent à une utilisation plus rentable d’éléments rares et permettent leur recyclage et leur réutilisation répandus et efficaces.

Photo of author

Nicolas

Laisser un commentaire