Les stratèges de Goldman Sachs disent que le marché baissier durera en 2023

Les investisseurs en actions qui espèrent une meilleure année 2023 seront déçus, selon les stratèges de Goldman Sachs Group Inc., qui ont déclaré que la phase de marché baissier n’était pas encore terminée.

« Les conditions qui sont généralement compatibles avec un creux des actions n’ont pas encore été atteintes », ont écrit lundi des stratèges, dont Peter Oppenheimer et Sharon Bell, dans une note. Ils ont déclaré qu’un pic des taux d’intérêt et des valorisations plus faibles reflétant la récession sont nécessaires avant qu’une reprise soutenue du marché boursier puisse se produire.

Les stratèges estiment que le S&P 500 terminera 2023 à 4 000 points d’indice – à peine 0,9 % de plus que la clôture de vendredi – tandis que l’indice de référence européen Stoxx Europe 600 terminera l’année prochaine environ 4 % de plus à 450 points d’indice. Les stratèges de Barclays Plc dirigés par Emmanuel Cau ont le même objectif pour la jauge européenne et ont déclaré que le chemin pour y arriver sera « difficile ».

Les commentaires interviennent après un récent rallye – tiré par des données d’inflation américaines plus faibles et des nouvelles de l’assouplissement des restrictions de Covid en Chine – qui a vu plusieurs indices mondiaux entrer dans les niveaux techniques du marché haussier. Le net rebond depuis la mi-octobre a fait suite à une année tumultueuse pour les marchés mondiaux alors que les banques centrales se sont lancées dans des hausses de taux agressives pour maîtriser la flambée de l’inflation, attisant les craintes de récession.

Les stratèges de Goldman ont déclaré que les gains ne sont pas durables, car les actions ne se remettent généralement pas des creux tant que le taux de détérioration de la croissance économique et des bénéfices ne ralentit pas. « La trajectoire à court terme des marchés boursiers sera probablement volatile et en baisse », ont-ils déclaré.

Le point de vue fait écho à celui de Michael Wilson de Morgan Stanley, qui a réitéré aujourd’hui que les actions américaines termineraient 2023 presque inchangées par rapport à leur niveau actuel, et auront un parcours cahoteux pour y arriver, y compris une forte baisse au premier trimestre.

Selon sa note de lundi, les clients de Wilson ont repoussé son opinion selon laquelle le S&P 500 tomberait à 3 000 points au cours des trois premiers mois de l’année prochaine, soit une baisse de 24 % par rapport à la clôture de vendredi. « Ce qui n’a pas encore été évalué, c’est le risque lié aux bénéfices et c’est ce qui servira finalement de catalyseur pour que le marché fasse de nouveaux prix bas », a-t-il déclaré.

Pourtant, les stratèges ne sont pas tous d’accord sur le sort des actions après une année 2022 volatile.

« Trois rallyes à deux chiffres cette année dans le S&P 500 soutiennent un cas qui, aussi difficile que 2022 ait été pour les marchés boursiers, il y a suffisamment de résilience pour suggérer que cette année pourrait être un signe avant-coureur de temps meilleurs à venir », John Stoltzfus, stratège en chef des investissements chez Oppenheimer Asset Management, a écrit dans une note lundi.

Pendant ce temps, les stratèges de Goldman s’attendent à ce que les actions asiatiques surperforment l’année prochaine, le MSCI Asie-Pacifique hors Japon terminant l’année en hausse de 11 % à 550 points. Leurs pairs de Citigroup Inc. sont devenus plus optimistes sur les actions chinoises aujourd’hui, affirmant que les pivots de Pékin sur Covid Zero et l’immobilier devraient augmenter les bénéfices.

Alors que le marché baissier bat son plein pour le moment, Oppenheimer et son équipe ont recommandé de se concentrer sur les sociétés de qualité avec des bilans solides et des marges stables, ainsi que sur celles avec des actions de valeur et d’énergie et de ressources profondes, où les risques de valorisation sont limités.

Photo of author

Nicolas

Laisser un commentaire